Biais, hiatus et absences en archéologie

Auteurs : Elisa Caron-Laviolette, Nanouchka Matomou-Adzo, Clara Millot-Richard et Betty Ramé (dir.)

Catégorie : actes de colloque.

Éditeur : Éditions de la Sorbonne

EAN électronique: 9791035103224

DOI: 10.4000/books.psorbonne.18951

Publication sur OpenEdition Books : 11 février 2019.

Nom et date du colloque : 12e journée doctorale d’archéologie, Paris, 17 mai 2017.

Présentation éditeur :

L’archéologie est communément distinguée des autres sciences humaines, en particulier des sciences du passé, par son objet d’étude qui est, par essence, l’homme à travers les vestiges matériels, de l’objet jusqu’au site archéologique et son environnement. Mais alors que ces restes tangibles des sociétés passées sont descriptibles, caractérisables, classables dans des typologies, comment aborder et interpréter les vides et les silences documentaires qui n’ont pas laissé de traces manifestes ?

La problématique de l’absence est commune à toutes les approches archéologiques et à toutes les aires chronoculturelles. Dans les articles de ce volume, issus de communications présentées lors de la 12e Journée Doctorale d’archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED 112), les doctorants tentent, à travers des indices indirects, de définir, de mesurer, d’expliquer ces vides et ces silences, voire de les combler. Face à la nature incomplète ou biaisée des sources archéologiques, des solutions méthodologiques sont proposées et appliquées à des problématiques et à des contextes variés, à la faveur d’approches croisées, multidimensionnelles et multiscalaires.

 



Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2019, 18 décembre). Biais, hiatus et absences en archéologie. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sixb