Entre data journalisme et pratique infographique

Appel à articles

Revue : Interfaces Numériques, volume IX, n° 3/2020

 Date limite de réception des propositions : 1er janvier 2020.

Parution : Décembre 2020.

Référents : Anne Beyaert-Geslin et Andrea Alexander.

Présentation :

« Le data journalisme et la pratique journalistique des infographies sont fréquemment confondus et leurs intitulés recouverts par des formulations plus générales, comme celles de visualisation ou de design d’information, par exemple. Ils renvoient pourtant à des pratiques très différentes. Celle du data journalisme se fonde sur l’analyse d’algorithmes, des données produites par des calculs statistiques, alors que celle des infographies consiste à donner une forme graphique aux données que le journaliste a discrétisées. Les deux pratiques journalistiques correspondent donc à un traitement a priori ou a postériori de l’information (Cardon 2010), à un façonnage quantitatif ou qualitatif, et saisissent d’autres faits pour lesquels le graphisme assume des fonctions distinctes vis-à-vis de la production du sens.

Mettre ces deux pratiques numériques en comparaison pour en saisir la spécificité doit permettre de reformuler quelques questions centrales pour le journalisme, à commencer par celle de l’objectivité. Cautionné par l’apparence d’objectivité des chiffres et prétendant à celle, instrumentale, des sciences naturelles (Daston & Galison 2007), le data journalisme impose d’emblée une confiance qui est susceptible, au contraire, d’être déniée à la pratique journalistique « traditionnelle », toujours plus ou moins soumise à l’accusation de subjectivité. Tout comme le texte « artisanal » du journaliste, les données sont pourtant des constructions qui ne sauraient revendiquer aucun accès privilégié à la « vérité ». La mise en comparaison des deux pratiques met donc en évidence un rapport distinct au croire (Greimas 1983).

L’examen de ces pratiques doit nous permettre de mieux saisir ce que « dit » (de plus ?) le graphisme et nous introduire dans l’intimité de la rhétorique journalistique. Il invite à observer l’enracinement des faits dans le « réel » et leur relation au référent (Eco 1968 et 1988), à reprendre la définition du signe pour nous concentrer sur son mode de production et préciser ses rapports à la signification. Quelle est la participation des figures et symboles à l’argumentation journalistique ? En quoi rénovent- ils les modèles argumentatifs du journalisme et le rapport au texte ? En opposant deux pratiques utilisant le graphisme, le journalisme fondé sur les statistiques et le journalisme « artisanal » ou « manuel », le dossier d’Interfaces numériques entend entrer dans la rhétorique journalistique par la porte de la signification, du croire et de la croyance ».

 

Contact :

  • Anne Beyaert-Geslin <anne.geslin-beyaert@u-bordeaux-montaigne.fr> 
  • Andrea Alexander <andrea.alexander@u-bordeaux-montaigne.fr>

En savoir plus :

Interfaces Numériques est une revue scientifique reconnue revue qualifiante en Sciences de l’Information et de la Communication sous la direction Nicole PIGNIER et de Benoît DROUILLAT.

Présentation de la revue classée par l’HCERES (Haut Conseil de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) : https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/