Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthique

APPEL A COMMUNICATIONS

COLLOQUE INTERNATIONAL (COSSI n°11)

COSSI : Colloque Spécialisé en Sciences de l’Information

IAE – Université de Poitiers, France.

28-29 mai 2020

Référent : Pr. Christian Marcon Laboratoire CEREGE – IAE- Université de Poitiers France.

Délais pour les propositions de communication : 10 mars 2020.

EXTRAIT DE L’APPEL A COMMUNICATION :

 Des traces physiques…

Une très large part des sciences humaines repose, de manière centrale ou secondaire, sur le matériau que constituent les traces de l’activité des Hommes : histoire, histoire des arts, littérature, sociologie, anthropologie, architecture, philosophie, musicologie, sciences de l’information, la communication et la documentation, économie, gestion…, à un moment ou un autre, dans leur approche et leurs méthodes partent d’archives et d’objets produits par les hommes.

Les traces de l’existence et de l’activité humaine sont traditionnellement matérielles (objets produits; textes, images, sons enregistrés sur des supports matériels; architecture et organisation de l’espace urbain et rural ; productions artistiques dans l’espace public, restes humains…). Leur pérennité est assurée par la qualité des matériaux mis en œuvre, tout particulièrement leur résistance aux outrages du temps: résistance des matériaux de construction aux intempéries et usage des locaux pour les traces architecturales, résistance des matériaux de fabrication pour les traces des activités économiques productives, résistance des supports de l’écriture (pierre, papyrus, bois, argile, vélin, papier…) et des encres et pigments employés pour les traces des activités intellectuelles ou symboliques, résistance des divers constituants du corps et de l’ADN pour les traces de la présence de l’homme…

Lorsqu’elles ne restent pas in situ en raison de leur préservation sur site (bâti monumental, vernaculaire…), les traces de l’activité humaine sont collectées dans la perspective d’une utilisation ultérieure selon un dispositif organisé (…)

… aux traces numériques


La généralisation des formes numériques de communication, autant dans la sphère publique que privée « au moment où la société contemporaine se voue au culte de la mémoire et de la mémorisation » (Galinon-Mélénec & Zlitni, 2013), confronte l’ensemble des acteurs à de nouvelles formes de traces qu’il n’est pas envisageable de traiter par les processus précédents.
Les traces numériques ne sont pas techniquement immatérielles, mais ce n’est pas leur matérialité qui pose habituellement question. La complexité nait dès la définition même de la notion de trace numérique. Une définition sur laquelle l’unanimité ne se fait pas.
La trace doit d’abord être distinguée de l’empreinte. Galinon-Mélénec (2013), considérant qu’il n’y a pas nécessairement impression visible sur une surface, préfère le terme de trace, dont les « emplois plus variés permettent d’intégrer l’infinitésimal, voire l’invisible. » Pour sa part, Mille (2013) voit dans l’empreinte « l’inscription de quelque chose dans l’environnement au temps du processus » alors que la trace est une « observation d’une série d’empreintes » qui nait donc de l’attention qui lui est portée et plus précisément du regard que l’on choisit de porter sur elle (éthique, juridique, commercial, sémantique, stratégique…). (…)
Ainsi, pour Galinon-Mélénec (2013, p. 95) qui adopte un point de vue anthroposémiotique, il conviendrait de réfléchir en termes de signe-trace : « les signes portent les traces de la complexité de l’entrelacement du vivant (humain ou non) et du non vivant, conjugués à l’entrecroisement des représentations portant sur le passé, le présent et les projections sur l’avenir.» Dès lors comment aborder le signe-trace autrement qu’avec un regard constructiviste ? Merzeau (2013) ne va pas jusque- là. Voyant dans la trace une « manifestation observable de l’impensé », elle estime « qu’elle appelle un art interprétatif comme celui du chasseur, du critique d’art, du psychanalyste ou du devin pour faire sens. Plus la trace sera involontaire, plus elle aura valeur de preuve, de symptôme ou d’attestation »(…)

 

Pour en savoir plus  : https://org-co.fr/aac-traces-numeriques-et-durabilite-temporalites-usages-ethique



Citer ce billet
Béatrice Galinon-Mélénec (2019, 18 décembre). Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthique. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/six7