La Fabrique de la trace par Yves Jeanneret

Parution en septembre 2019 

LA FABRIQUE DE LA TRACE, London,  ISTE,
296 pages
ISBN : 9781784056049 (papier)
ISBN : 9781784066048 (ebook)

Par Yves Jeanneret, Sorbonne Université, France.

L’auteur :
Yves Jeanneret, professeur émérite à Sorbonne Université, participe au développement des sciences de l’information et de la communication sur les plans national et international. Il mène des recherches sur les relations entre les dispositifs médiatiques et informationnels et la vie des savoirs et de la culture.

Résumé (par l’éditeur) :
La collecte et le traitement des traces de ce que nous sommes et de ce que nous faisons suscitent le désir, le pouvoir et l’inquiétude. Mais savons-nous réellement ce qu’est une trace ?
L’évidence des traces masque la complexité des processus qui permettent de les produire, de les interpréter et de les utiliser. Cet ouvrage propose une démarche raisonnée pour analyser la trace comme objet et comme signe, comprendre comment les médias participent à sa création et à son déploiement, et mettre en évidence les enjeux que soulève la vie des traces dans la vie sociale. Il offre une mise en perspective historique, un retour aux théories fondatrices et l’étude d’un grand nombre de dispositifs différents.
La fabrique de la trace est un outil de pensée et de travail destiné aux chercheurs, aux acteurs sociaux et aux professionnels confrontés à l’existence, au traitement et à l’interprétation des traces de la société et de la culture.

Extrait de l’introduction (disponible en totalité sur le site de l’éditeur1) :

« Ce parcours est structuré en quatre chapitres. Le premier vise à définir plus précisément l’espace, les ambitions, et les limites de cette réflexion en cernant l’objet : traces médiatisées du social. Il met en évidence les médiations à prendre en compte pour ne pas assimiler cette production sociale de traces à un phénomène naturel. Le second chapitre développe la notion de schème de la trace, pour mettre en évidence un processus sociosémiotique particulier, qui met particulièrement en jeu le raisonnement indiciel dans une logique particulière dont la photographie constitue l’archétype social. Il interroge le paradoxe d’un signe qui semble aller de soi alors que son interprétation est d’une extrême complexité. Le troisième chapitre examine un type de trace particulier, la trace écrite, considérée comme le prototype du geste d’inscription, avec le but de comprendre le statut privilégié qu’elle a été amenée à occuper dans la vie de la culture et en réfléchissant à la construction historique de ce statut. Il montre que, si l’écriture est d’abord marquée par sa capacité à extérioriser, enregistrer et disséminer la pensée, son caractère de trace ne va pas de soi et déploie des enjeux multiples. Le dernier chapitre s’interroge sur la manière dont les constructions médiatiques les plus complexes et les plus riches peuvent être mises au service d’une société des traces : le devenir trace des textes. Il s’emploie à montrer le caractère poétique, complexe et responsable de cette activité. L’ambition globale de ce volume et du détour qu’il propose par l’histoire sociale et intellectuelle est de participer au débat scientifique en fournissant des pistes pour analyser l’actualité, tout en évitant de considérer comme allant de soi que la vie des traces dans la vie sociale doit nécessairement prendre les formes que les industries du capitalisme médiatique privilégient aujourd’hui ».

Sommaire :
1. La trace du social médiatisée, objet de recherche
2. Le schème de la trace, une sémiotique paradoxale
3. La genèse complexe de la trace écrite
4. Le devenir trace du texte médiatique



Citer ce billet
Sabrina Mommolin (2019, 7 octobre). La Fabrique de la trace par Yves Jeanneret. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/six1

  1. https://cdn2.shopify.com/s/files/1/0245/3579/files/604_La_fabrique_de_la_trace_Jeanneret_Premiere_partie.pdf?557 []