Actualité des méthodes de recherche en sciences sociales sur les pratiques informationnelles par Serge Proulx et Julien Rueff

Centre d’études sur les médias, Québec, November 2018.
ISBN : 978-2-922008-60-9

Abstract :

« Profondément affecté par le numérique, notre paysage médiatique n’en finit pas de dérouter autant les journalistes professionnels, les producteurs d’informations que les propriétaires de médias traditionnels. Les chercheurs en sciences sociales désireux de donner une intelligibilité aux transformations actuelles des pratiques informationnelles n’échappent pas à cette tendance. Force est de constater une diversification des sources d’information, une fragmentation des pratiques de réception, une multiplication des supports matériels (téléphones intelligents, tablettes, ordinateurs et autres objets connectés), mais aussi une généralisation de la pluriactivité (multitasking) dans les manières de s’informer. Ces évolutions concourent à produire un environnement dans lequel les pratiques informationnelles (manières de s’informer) se montrent difficilement saisissables, en raison de leur instabilité grandissante. Ce rapport dresse un portrait des différentes stratégies méthodologiques à partir desquelles les chercheurs en sciences sociales peuvent aujourd’hui espérer construire des connaissances sur ces manières de s’informer. Cette analyse mène ultimement à la formulation de six recommandations au Centre d’études sur les médias » (CEM, Québec).

Extraits :

« Ce rapport construit une typologie des principales méthodologies dans les recherches sur les pratiques informationnelles actuelles. Quatre grandes approches méthodologiques ont été distinguées : les méthodes conventionnelles (qualitatives ou quantitatives), l’ethnographie en ligne, les méthodes computationnelles appliquées aux traces des big data et les méthodes numériques (digital methods) » (p.7).

 

 (…). « Pour chaque idéal-type, nous avons repéré une étude de cas concernant spécifiquement les manières de s’informer au temps du numérique. Nous offrons une présentation analytique de chacune des études. En mettant l’accent sur les potentialités et limites respectives des stratégies méthodologiques mobilisées, nous avons retenu une grille d’analyse à cinq dimensions, à savoir : les présupposés épistémologiques de chaque étude de cas ; leurs assises théoriques ; leurs techniques de collecte et d’analyse ; un aperçu des résultats obtenus ; et les limites du dispositif méthodologique » (p. 8).

 

(…).  « De ce qui précède, nous aimerions soumettre six recommandations au Centre d’études sur les médias concernant les dispositifs méthodologiques des recherches en sciences sociales sur les pratiques informationnelles actuelles. Ces recommandations demeurent volontairement générales et ne sauraient être associées à des préconisations à respecter strictement. Dans la mesure où les techniques de collecte et d’analyse de données varient nécessairement en fonction de la problématique et du contexte de la recherche, il ne paraît pas souhaitable d’enfermer la réalisation des études sur les manières de s’informer dans des modèles rigides. Insistons sur ce point : il n’existe pas de méthode de recherche « universelle » permettant de traiter toutes les questions scientifiques ou embrassant toutes les dimensions des pratiques informationnelles (p.9).

 

1. Le développement de stratégies méthodologiques hybrides, articulant des techniques d’enquête qualitatives et quantitatives, nous apparaît plus que souhaitable pour permettre la description, la mesure et la compréhension des pratiques informationnelles actuelles. 


2. Les méthodes numériques (digital methods) constituent une voie prometteuse pour l’étude des manières de s’informer aujourd’hui. Nous préconisons par conséquent une articulation entre les méthodes conventionnelles, que celles-ci soient qualitatives ou quantitatives, et les méthodes computationnelles appliquées aux traces des big data. 


3. Dans la mesure où les méthodes numériques (digital methods) ouvrent des perspectives intéressantes pour la recherche sur l’information médiatique et le journalisme, nous suggérons la formation d’équipes interdisciplinaires, rassemblant des chercheurs en sciences sociales, en informatique et en sciences des données (data scientists). 


4. En cohérence avec les recommandations précédentes, nous décourageons le recours unique et exclusif à des méthodes computationnelles appliquées aux traces des big data. Les big methods ne peuvent qu’apporter aux manières de s’informer contemporaines une intelligibilité limitée, fondée sur la mesure, mais déconnectée des logiques de signification des acteurs ou des contextes spécifiques dans lesquels se produisent leurs comportements.

5. La mobilisation des méthodes numériques (digital methods) n’est pas sans difficulté. Certains risques doivent être pris en considération avant l’adoption d’une telle stratégie méthodologique. La volatilité du design des plateformes en ligne constitue un premier problème, dans la mesure où les chercheurs n’ont d’autre choix que de « subir » les évolutions rapides – et parfois radicales – des caractéristiques sociotechniques des médias numériques. De la même manière, les chercheurs doivent avoir conscience des bouleversements que peuvent engendrer des changements sur le plan des modalités d’accès aux données des plateformes en ligne. 


Sur le plan éthique, nous préconisons la mise en place de dispositifs méthodologiques respectueux de la protection des données personnelles des enquêtés, d’une part, et passant par l’obtention du consentement des individus, d’autre part » (pp. 9-10).

Source (full-text) : https://www.researchgate.net/publication/329116757



Citer ce billet
Sabrina Mommolin (2018, 26 novembre). Actualité des méthodes de recherche en sciences sociales sur les pratiques informationnelles par Serge Proulx et Julien Rueff. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/siwq