Les jeunes et les médias : un numéro des « Cahiers francophones de l’éducation aux médias »

Recommandé dans la période privilégiée des achats destinés aux enfants :

Corroy Laurence., Jeunes et médias, les cahiers francophones de l’éducation aux médias, n°9, 2018.

Résumé (éditeur) :

« Dès lors qu’on désire s’intéresser aux relations que peuvent entretenir les publics juvéniles et l’univers publicitaire, quelques constats s’imposent immédiatement. L’influence des enfants comme prescripteurs d’achats au sein de la famille est importante, qu’il s’agisse de produits dont ils sont les premiers consommateurs ou non. Si à la période de Noël, jouets et accessoires ludiques représentent une part non négligeable des achats d’espaces publicitaires, pour lesquels les publics adultes peuvent être frappés par le caractère stéréotypé et genré, il n’en demeure pas moins que le poids réel des enfants dans les décisions de consommation dépasse largement le cadre des messages publicitaires qui leur sont adressés pour leur proposer des biens de consommation à leur usage. De nombreux éléments montrent à la fois une transformation des stratégies médiatiques des annonceurs liées au numérique et à une culture désormais multi-écranique, une prise en compte des programmes regardés majoritairement par les plus jeunes afin de déterminer des placements de produits efficaces et une intégration des réseaux sociaux comme vecteurs de diffusion de messages persuasifs volontiers repris par les récepteurs eux-mêmes. Comment appréhender les « enfants de la pub » ? Quelle place pour la déontologie chez les annonceurs et les agences ? Vaste enquête sur la sphère publicitaire, le dossier spécial de ce neuvième numéro vient mêler réflexion et témoignages pour explorer la culture à part d’une génération 2.0 plus réceptive que jamais ».

Extrait relatif à la notion de trace (Cristina Badulescu,
Valérie Inés De La Ville)

Cristina Badulescu, Valérie Inés De La Ville, « L’objet de valeur de l’enfance dans les supports publicitaires des marques de mobilier » in Corroy Laurence., Jeunes et médias, les cahiers francophones de l’éducation aux médias, n°9, 2018, pp.55-67. <hal-01627586>(p. 60) :

‘’La chambre d’enfant ainsi que l’univers symbolique qu’elle sous-tend, apparaissent comme des objets matériels porteurs d’un schéma temporel, celui des activités de l’enfant qui grandit. En effet, par ce qu’elles montrent en l’absence de l’enfant, les images commerciales révèlent « ce qui a été ». L’intention operis (Eco, 1990)1  consiste à signifier par l’agencement des objets dans l’espace, la trace de la présence d’un enfant. Étudiée dans sa vision temporelle (Jeanneret, 2011)2, cette trace montre la capacité d’un objet (la chambre) dans le présent, de faire référence à un passé absent mais postulé (l’enfant qui a été là) et aussi de mobiliser une visée future (l’enfant qui va grandir). Cette trace sou- ligne le sens performatif de l’agencement syntagmatique des objets se référant à la culture matérielle de l’enfant’’.

  1. ECO Umberto, Les Limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1990. []
  2. JEANNERET Yves, « Complexité de la notion de trace : de la traque au tracé », dans GALINON-MÉLÉNEC Béatrice, L’homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, Éditions CNRS, 2011, p. 59-86. []