La patrimonialisation selon l’immatériel ou la mémoire agissante – circulations des savoirs en contexte partenarial de production audiovisuelle par Nolwenn Pianezza

Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication.

Soutenue en 2017.

Résumé auteur :

« Cette thèse vise à explorer les enjeux et modalités de la patrimonialisation liée à la mémoire sociale, dans le contexte paradigmatique de l’immatériel qui de manière croissante mobilise des formes abouties de partenariat avec l’acteur social, en vue de conduire l’inventaire de son patrimoine. À partir de terrains français et brésiliens, cette recherche s’intéresse plus particulièrement au travail partenarial de documentation audiovisuelle du patrimoine qui intervient dans de tels dispositifs d’inventaire partagé, pour y saisir les transformations techniques, épistémologiques et symboliques à l’œuvre lors de la collecte de mémoire au sein du groupe social, de l’introduction du témoignage dans le processus de production des savoirs liés au patrimoine en devenir, et de sa mise en support grâce au média audiovisuel. Nous interrogeons ici le geste documentaire assumé par l’acteur social en qualité de chercheur indigène ainsi que le devenir médiatique de l’objet de patrimoine qu’il engage. C’est toute la question de la circulation, et à travers celle-ci de la fixation et de la transmission des savoirs qui se dessine ici, à partir d’une réflexion sur les usages sociaux des dispositifs patrimoniaux contemporains.

Ce travail s’attache ainsi d’une part à décrire les modalités du travail de mémoire réalisé dans de tels dispositifs. Il met ici au jour le parcours de l’acteur social lors d’un tel exercice mémoriel ainsi que le traitement singulier de l’objet patrimonial et de sa mise en savoir. La recherche s’intéresse alors plus précisément aux processus d’appropriation et de réflexivité qu’entraîne la pratique partenariale de la documentation audiovisuelle du patrimoine. À partir de telles modalités, la thèse réfléchit d’autre part au régime de patrimonialisation singulier en jeu, tel qu’il s’organise autour de la fabrique continue et partagée d’une mémoire sociale du groupe, dont nous repérons la valeur médiatrice au sein du groupe social. La recherche montre enfin combien les dispositifs patrimoniaux contemporains contournent la fixation des savoirs et orchestrent leur transmission recréatrice, selon l’idée proposée d’une mémoire agissante ».

Citations illustrant l’usage des termes « trace » et « Homme-trace » :

« (…) la capacité à faire trace existe dans tout objet : il suffit seulement mais nécessairement qu’elle soit interprétée comme telle » (Galinon-Mélénec 20161, p. 11) », (p. 102).

 

 « À ce point, le rapport intrinsèque de la trace au témoin qui la produit nous rappelle le concept de « l’homme-trace » (Galinon-Mélénec 20112). Il a été montré que la trace n’existe pas sans l’homme, mais seulement en rapport à lui, et au sens qu’il lui accorde. À l’inverse, l’homme n’existe pas sans les traces qui font qui il est, ni sans produire de trace : « l’homme est à la fois un producteur de traces et un construit de traces » (Galinon-Mélénec 2011 ; Galinon-Mélénec 20153, p. 32 ; Galinon-Mélénec 2016, p. 10). La production de trace est donc inhérente à l’activité humaine, et en dépend aussi tout entièrement, par le travail de construction, d’interprétation et d’attribution du statut de trace. Ainsi, pour en revenir à notre propos, l’idée de l’homme-trace, appliquée à notre questionnement, peut nous permettre d’envisager l’absence apparente de savoir-traces, s’ils ne sont pas immédiatement attachés à l’homme qui les met en jeu, au témoin qui les met en avant : une fois l’homme disparu de l’écran, le documentaire achevé de visionner, le savoir-trace s’évanouirait jusqu’à son retour » (pp. 367-368).

  1. GALINON-MELENEC Béatrice, 2016, « Epistémologie de la notion de trace » dans Béatrice Galinon-Mélénec, Sami Zlitni et Fabien Liénard (eds.), L’Homme Trace. Inscription corporelles et techniques, Paris, CNRS éditions, p. 9-27. []
  2. GALINON-MELENEC Béatrice, 2011, (ed.), 2011, L’homme trace : perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, France, CNRS éditions, 410 p. []
  3. GALINON-MELENEC Béatrice, 2015, « À la recherche de la trace », Communication et organisation, 1 juin 2015, n°47, p. 31-50. []