Du tracé manuel à la ligne en mouvement : mutations esthétiques et sémiotiques dans la calligraphie latine contemporaine par Karine Bouchy

Thèse de doctorat en Histoire et sémiologie du texte et de l’image.

Soutenue en 2013.

Résumé
 :

« La discipline que l’on nomme calligraphie latine contemporaine, qui existe sous cette forme depuis à peine plus d’un siècle, apparaît comme un déplacement radical à la fois par rapport à ce que l’Occident a connu en termes d’histoire des formes alphabétiques manuscrites et par rapport aux usages et aux fonctions que cette discipline elle-même a commencé par occuper à la fin du XIXe siècle, au moment de son apparition. L’enjeu de cette thèse est de comprendre ce qui rend possibles de tels changements, c’est-à-dire ce qui conditionne la série de mutations traversées par la calligraphie latine contemporaine, qui s’affirme aujourd’hui comme une nouvelle proposition parmi les réinventions du visible de l’alphabet latin. En travaillant toujours à partir des œuvres, plus précisément des symptômes singuliers qui s’en dégagent, cette étude archéologique déplace l’analyse de la calligraphie latine vers un double plan sémiotique et esthétique ».



Citer ce billet
Sabrina Mommolin (2018, 12 octobre). Du tracé manuel à la ligne en mouvement : mutations esthétiques et sémiotiques dans la calligraphie latine contemporaine par Karine Bouchy. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/siwe