Objet historique et objet esthétique : du signe à la trace par Pyung-Jong Park

Thèse de doctorat en Esthétique.  

Soutenue en 2003.

Résumé
 :

« Cette étude a pour but de rendre compte de la nature propre de l’objet esthétique, distinguée de celle de l’objet historique, à travers une réflexion sur la notion de trace. L’objet historique renvoie au mode universel d’être de tout objet temporel laissé dans ce monde et donné à la conscience de l’homme, conscience elle-même fondamentalement historique. L’objet esthétique, en dépit du fait qu’il est trace, ne se subordonne cependant pas à l’économie de l’être de l’objet historique, précisément parce qu’il est an-historique et intemporel. L’être de l’objet esthétique et le propre de l’expérience esthétique résident dans leur caractère an-historique. Néanmoins, l’objet esthétique n’apparaît dans le monde historique et dans la conscience historique de l’homme que comme objet historique. Dans cette apparition, l’être de l’objet esthétique se maintient pourtant, et c’est par la trace même qu’il laisse en apparaissant comme objet historique que l’objet esthétique ne demeure pas simple signe ou document historique. La trace renvoie ainsi au mode fondamental d’être de l’objet esthétique en un monde historique ».



Citer ce billet
Sabrina Mommolin (2018, 12 octobre). Objet historique et objet esthétique : du signe à la trace par Pyung-Jong Park. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/siw9