Avis de soutenance de thèse : les systèmes complexes et la digitalisation des sciences

SOUTENANCE DE THÈSE

LES SYSTÈMES COMPLEXES ET LA DIGITALISATION DES SCIENCES.
HISTOIRE ET SOCIOLOGIE DES INSTITUTS DE LA COMPLEXITÉ AUX ÉTATS-UNIS ET EN FRANCE

Par : GUIDO LI VIGNI
 
Thèse de doctorat en sociologie (EHESS)
 
Soutenance : le lundi 26 novembre 2018 à 14h.

Salle 8 de l’EHESS au 105 boulevard Raspail.

Résumé :

Comment penser la relation entre les cultures scientifiques contemporaines et l’utilisation croissante de l’ordinateur dans la production de connaissances ?

Cette thèse propose de répondre à une telle question, en analysant historiquement et sociologiquement un domaine scientifique fondé par le Santa Fe Institute (SFI) dans les années 1980 aux Etats-Unis : les « sciences des systèmes complexes » (CSS). Devenues connues grâce à des ouvrages et des articles populaires, les CSS se sont répandus en Europe et dans le monde au cours des années 1990 et 2000.

Ce travail propose une histoire de la fondation de ce domaine, en se concentrant sur le SFI et sur le réseau national français de systèmes complexes. Avec un regard sociologique ancré dans les sciences et la technologie et dans le pragmatisme, il pose ensuite quelques questions sur le statut socio-épistémique d’un tel domaine, sur les modalités de production des preuves utilisées dans le contexte de la simulation numérique et, enfin, sur les engagements épistémiques tenus par les spécialistes de la complexité.

S’appuyant sur un matériel empirique – composé d’environ 200 entretiens, de plusieurs milliers de pages d’archives et d’un petit nombre de visites de laboratoires –  cette recherche vise non seulement à améliorer les connaissances sur ce domaine – dont le langage est très courant aujourd’hui, mais peu étudié par les historiens et les sociologues – mais aussi à interroger trois opinions actuelles dans la littérature des sciences humaines et sociales concernant les sciences numériques : 1) l’ordinateur génère de plus en plus de connaissances interdisciplinaires, 2) il  donne naissance à un nouveau type de connaissances qui nécessite une épistémologie entièrement nouvelle pour être bien comprises, 3) il génère inévitablement des visions néolibérales du monde.

Cette thèse déconstruit ces trois formes de déterminisme technologique concernant les effets de l’informatique sur les pratiques scientifiques, en montrant tout d’abord que : 1) dans les sciences numériques, les collaborations interdisciplinaires ne se font pas sans effort et de manière symétrique et pacifique; 2) les chercheurs du CSS mobilisent des techniques de productions de preuves bien connues dans d’autres disciplines ; 3) les engagements épistémiques des scientifiques peuvent prendre des formes (néo) libérales, mais aussi d’autres formes qui s’écartent du néolibéralisme ou s’y opposent.

Jury composé par :

  • M. Francis CHATEAURAYNAUD, Directeur de recherche EHESS (Directeur),
  • Mme Amy DAHAN, Directrice de recherche CNRS,
  • M. David DEMORTAIN, Directeur de recherche INRA (Rapporteur),
  • M. Wolf FEUERHAHN, Chargé de recherche CNRS,
  • Mme Sandra LAUGIER, Directrice de recherche CNRS (Rapporteuse),
  • Mme Denise PUMAIN, Professeur Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Invitée),
  • M. Franck VARENNE, Directeur de recherche CNRS.


Citer ce billet
Sabrina Mommolin (2018, 12 octobre). Avis de soutenance de thèse : les systèmes complexes et la digitalisation des sciences. ICHNOS-ANTHROPOS. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/siw7